Home»Litterature»Paul VERLAINE, Romances sans paroles

Paul VERLAINE, Romances sans paroles

0
Shares
Pinterest Google+

COMMENTAIRE

Ô triste, triste était mon âme
À cause, à cause d’une femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s’en soit allé.

Bien que mon cœur, bien que mon âme
Eussent fui loin de cette femme.

Je ne me suis pas consolé,
Bien que mon cœur s’en soit allé.

Et mon cœur, mon cœur trop sensible
Dit à mon âme : Est-il possible,

Est-il possible, — le fût-il, —
Ce fier exil, ce triste exil ?
Mon âme dit à mon cœur : Sais-je
Moi-même, que nous veut ce piège

D’être présents bien qu’exilés,
Encore que loin en allés ?

Paul VERLAINE, Romances sans paroles

Aucun commentaire pour le moment

Réagissez en écrivant votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *