Home»Litterature»La Loire

La Loire

0
Shares
Pinterest Google+

COMMENTAIRE

Il est difficile d’imaginer, lorsqu’on arpente les rives de la Loire, ce que pouvait être l’intensité du trafic fluvial il y a un peu plus d’un siècle. Des gabares, des futreaux, des trains de Chalands toute voile gonflées sillonnent le fleuve dans ce qui constitue la principale artère commerciale du pays.

Cette activité fluviale plonge ses racines dans une histoire séculaire où déjà, sous le règne des césars, le fleuve est au cœur d’un puissant courant d’échange, à la confluence d’un commerce maritime où l’huile de la méditerranée croisent le sel et l’étain importés de Bretagne. Ce trafic se renforce  durant le moyen-âge à une époque où  les routes  sont peu sur et le pays fortement morcelé par le découpage féodale. La médiocrité du réseau routier, le brigandage et le faible tonnage toléré par le convoyage en chariot, impose le fleuve comme la principale artère commerciale du royaume de France à partir de la renaissance.

C’est à cette époque que la monarchie capétienne fuyant la capitale soumise aux excès et aux tourments de la guerre de cent ans, trouvera refuge dans la quiétude du val de Loire. La nouvelle dynastie des Valois  établi sa résidence dans une région riche et opulente où le calcaire de Touraine et l’ardoise d’Anjou permettra l’édification d’un ensemble architectural riche d’audace et d’innovation. On voit fleurir un chapelet de châteaux qui s’égrène le long du fleuve et participe à la création d’une cour raffinée où s’écrivent les plus belles pages du royaume de France. Cette cour avide de luxe et d’opulence stimule une activité marchande où un arrêt royal désigne la Loire…

Cette réputation s’installe durablement durant les siècles qui suivent avec le commerce d’outre mer qui accompagne le développement des colonies, depuis les ports de Nantes et Saint Nazaire, la Loire draine l’essentiel du fret maritime en provenance des îles et contribue à l’essor d‘une industrie de transformation florissante : raffinerie de sucre  d’Orléans,  chocolaterie de Blois, cotonnade de Tours et d’Angers

Mais cette prospérité sera contrarié par l’arrivé des premiers… A Suivre

Il y a un commentaire

  1. Salim
    29 novembre 2016

    Très jolie plume ! Des années d’Histoire résumées si joliment et en quelques lignes, c’est très agréable. Le texte est fluide et la quantité de détails fournis nous emporte et nous permet de visualiser et de comprendre comment s’est développée la vallée des rois ! Vivement la suite !